Le bois connaît une forte résurgence dans le secteur de la construction grâce aux récentes améliorations technologiques. Douze fois plus isolant que le béton, il est à l’origine d’une large gamme de conceptions, adaptées aux climats et intégrées aux décors. Des constructions durables et en développement !

La réalisation de la fondation

Un vide sanitaire est formé sous la structure, qui est constituée de murs en parpaings et d’une dalle de béton. Il est fort probable que votre grenier soit infesté de petits insectes, d’araignées et de rongeurs. Le coût d’un traitement anti-mites varie selon les régions. En cas de besoin, consultez une entreprise de construction.

Cependant, un film de polyéthylène est généralement nécessaire pour créer une barrière infranchissable. Un plancher en bois dur est fixé au sol à l’aide de boulons d’ancrage. Des solives de rive sont utilisées dans cette semelle, qui sont placées sur un feutre bitumineux pour les préserver de l’humidité.

Les solives de plancher reposent sur elles et sont généralement espacées. Des entretoises ou des jambes de force enfoncées dans une croix rigidifient leur espacement. Les solives ne couvrent pas toute la largeur de la maison et reposent plutôt sur des murs intermédiaires. Des panneaux d’isolation semi-rigides sont placés entre les solives avant de clouer les panneaux de plancher.

La construction des murs

Une plaque basse et une plaque haute reliées par des montants constituent les murs de cette pièce. Ces pièces définissent des zones « ouvertes » qui doivent être remplies et dissimulées avec divers matériaux (isolation, cloisons sèches…).

Les fenêtres et les portes sont placées dans des cadres rectangulaires qui reposent sur des pointes en acier galvanisé ou inoxydable, fixées dans le sol. Les linteaux, formés par deux solives clouées sur une semelle, supportent la charge des étages supérieurs éventuels ; dans les cas où la charge est particulièrement lourde (par exemple, celle d’un escalier), les montants portant le linteau seront doublés et reliés à la plaque supérieure par des entretoises.

Les panneaux d’aggloméré sont cloués à l’extérieur des bâtiments. Ces « voiles de contreventement », appelés panneaux de bande, ferment et renforcent la structure. Ils sont recouverts d’un film plastique microporeux imperméable à l’eau mais laissant passer l’air, ce qui les protège des dommages causés par l’humidité.

A lire aussi : quel matelas convient le mieux à la chambre parentale ?

Le montage des murs

Pour construire les murs, on les assemble d’abord à la main ou avec des vérins pour créer des paliers. Après avoir vérifié leur alignement et leur aplomb, les poteaux d’extrémité et les plaques de contreventement sont ensuite cloués ensemble. Enfin, les murs sont vissés dans les connecteurs de plancher.

Les murs sont protégés par de la laine de roche à l’intérieur, puis par un pare-vapeur pour empêcher la condensation de passer. Le pare-feu et le revêtement décoratif sont assurés par des plaques de plâtre et des lambris. Il est bon de laisser une lame d’air derrière ce revêtement afin que les gaines électriques et les tuyaux puissent passer librement. Grâce à cette circulation d’air, le bois de l’ossature reste sec, ce qui assure une excellente isolation.

La réalisation de l’étage

Au premier étage, il y a une nouvelle semelle avec un rail haut construit par-dessus. Un nouveau plancher est construit. Les espaces entre les solives ne sont plus remplis d’isolant, mais maintenus en place par des solives en bois.

Un escalier est généralement une partie sans prétention d’une maison, mais celui-ci est différent. Il nécessite un cadre rectangulaire pour ouvrir la trémie, et les solives doublées créent une bordure intéressante. Les entraits sont soutenus par des sabots métalliques qui reprennent les solives redimensionnées du plancher, et les deux pignons imitent les murs du premier étage.

Une ferme est un cadre constitué de poutres interconnectées qui supporte des panneaux d’isolation, un plancher en contreplaqué et un feutre bitumineux.

Les finitions d’une construction bois

Les poutres de soutien sont enveloppées de bandes de bois massif résistant aux intempéries, qui sont clouées à des supports en bois supplémentaires pour créer un vide d’air entre la structure et le revêtement. Sous l’effet du soleil, de la pluie, de l’humidité et du froid, le bois change de couleur, passant de sa teinte d’origine au bleu-gris. Bien que ces changements d’aspect n’endommagent pas nécessairement les propriétés mécaniques du bois, ils peuvent le faire paraître plus faible. Il est donc nécessaire de protéger l’extérieur avec une méthode de traitement appropriée.

Il existe de nombreux types de vernis différents, chacun ayant ses propres avantages et inconvénients. Par exemple, les vernis mats ont tendance à mettre en valeur le grain naturel du bois mais ne sont malheureusement pas très résistants aux UV. D’autre part, les vernis satinés ou brillants offrent une meilleure protection contre les rayons du soleil mais peuvent masquer les détails les plus fins du bois.
En fin de compte, tout dépend de vos préférences personnelles et des conditions d’utilisation que vous souhaitez faire subir à vos meubles. Si vous recherchez une touche plus personnalisée, les peintures pour bois existent dans des dizaines de couleurs et permettent à la surface de « respirer », à condition de ne pas appliquer plus de deux couches. Les lasures, incolores ou teintées, créent un film microporeux souple qui protège le bois contre le grisaillement et la dégradation. Elles durent de trois à six ans avant de devoir être renouvelées, ce qui ne nécessite qu’un léger ponçage.