Ce n’est pas la première fois que l’on voit une église installer un banc chauffant dans sa nef. Cette année, c’est la tapisserie thermique de l’édifice de Voray-sur-religieux l’Ognon en Haute-Saône qui se déploie.

L’une des coutumes les plus connues des Britanniques

Des bancs chauffés sont installés dans les églises. Cela pourrait en surprendre certains, mais cette solution n’est pas nouvelle : en 2014, de nombreuses paroisses ont utilisé une moquette thermique pour résoudre leurs problèmes de chauffage.

Avec la Grande-Bretagne, la pratique est devenue courante ; l’année dernière, trois structures religieuses – les édifices de Roscoff, Pont-Scorff et Saint-Guinal – ont été recouvertes de moquettes thermiques. La ville et un don de 20 000 dollars de la société Bolloré ont financé ce dernier, couvrant la moitié de la nef et le chœur pour un total de 58500 dollars.

L’église de Voray-sur-l’Ognon

Cette année, c’est la Haute-Saône qui entame un projet similaire pour son église de Voray-sur-l’Ognon. L’église étant classée monument historique, toute modification doit faire l’objet d’une concertation préalable avec les architectes des monuments historiques et des bâtiments de France.

Les deux institutions n’ont pas réussi à se mettre d’accord, et l’église est restée sans chauffage pendant de nombreux mois en raison d’une défaillance de son système de chauffage à air pulsé. L’œuvre d’art était abandonnée depuis plusieurs années et se dissolvait lentement à un endroit proche de l’église.

Le système de chauffage est-il efficace ?

Les églises disposent souvent de systèmes thermiques à air pulsé désuets et peu pratiques. En effet, cette méthode nécessite l’assainissement de l’air, ce qui, dans les grandes structures aux fenêtres grillagées, comme les églises, ne peut être réalisé que par la climatisation, d’où un gaspillage d’énergie. De plus, ces systèmes nécessitent souvent beaucoup d’entretien.

Trouver une solution qui ne compromette pas l’esthétique de la structure religieuse est un problème courant lors de la rénovation des systèmes de chauffage des églises. Les radiateurs à gaz, bien qu’étant les plus cohérents avec les grandes surfaces, sont souvent ignorés. Même si elle est peu pratique, la solution de la moquette chauffante présente des avantages économiques et environnementaux puisqu’elle peut être mise en place une vingtaine de minutes avant les cérémonies pour réchauffer le sol de l’édifice, qui est en grande partie responsable de la sensation de froid.

En revanche, un tel système ne modifie guère le taux d’humidité intérieur, dont les variations pourraient endommager les statues et l’orgue de l’église, par ailleurs classée monument historique.

A lire aussi : le four à bois pour votre pain et vos pizzas

Animer les âmes en réchauffant le corps

Bien entendu, les quelques sujets abordés ici ne constituent pas une analyse exhaustive et concluante d’un site religieux. Cependant, il faut garder à l’esprit les deux principes fondamentaux suivants : la prise en compte dynamique d’un régime transitoire

et le raisonnement thermocilien traditionnel. Ce dernier se déroule souvent dans un état continu. C’est d’ailleurs de cette manière que l’on apprend à dimensionner un système de chauffage. Cette approche est cependant insuffisante pour de nombreux phénomènes. C’est particulièrement vrai pour les hausses de température soudaines et les utilisations brèves, comme le désordre. Dans ces situations, la question appropriée à poser est parfois formulée comme suit : « Combien de temps faut-il ? ». Après le service, on peut encore se rendre au café du coin pour se réchauffer.

La pensée centrée sur l’utilisateur

Les thermostats traditionnels sont conçus en fonction d’un volume à chauffer plutôt que du confort ou du niveau de volupté de l’utilisateur. L’exemple de cette église montre comment cet oubli peut être très coûteux. Une installation énergétique importante et coûteuse peut être nécessaire à cet effet. Et si elle fournit ce service, ce n’est pas parce qu’elle est grande et coûteuse.

On ne sait pas encore ce que le conseil paroissial décidera après avoir appelé les touristes pour visiter ces églises. Au contraire, ils ont temporairement oublié l’idée d’isoler leurs églises ou de couper les chaudières. Il est possible qu’après de grands changements organisationnels, tout revienne à la normale. Ils peuvent se contenter de réponses simples et pratiques.

Ce que l’on sait, c’est qu’ils ont économisé au fil du temps une quantité importante de leur énergie et de leur argent. La situation n’est pas vraiment mauvaise en ce moment. En fait, il est très satisfaisant de voir qu’un chemin prometteur se trouve à la base des fidèles afin d’aider à l’élévation spirituelle. Mais cette tâche est difficile quand on grelotte..
Quelle utilisation plus noble faut-il trouver au design énergétique pour aider à élever les âmes tout en les protégeant du froid ? Décidément, on doit aimer ce métier.